MAISON BLANCHE

(source: primitivi.org)

En 2015 par le rapport Nicol tire l`alarme sur Maison Blanche, une co-propriété du 14eme arrondissement de Marseille. 4 ans plus tard ou en sommes-nous ?

En 2015, Christian Nicol, inspecteur général de l’administration du développement durable et ancien directeur de l’Anah, estimait à 40.000 le nombre de logements privés indignes à Marseille, soit 13 % du parc de résidences principales. La plupart d’entre eux se situent dans dix grandes copropriétés dont Maison Blanche.
Malgré ce rapport Nicol de 2015, ce n`est qu`en octobre 2018 que les responsables du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) décident d`inclure la copropriété Maison Blanche (14e Marseille) dans un plan de sauvegarde appelé « Initiative Copropriétés ».
En attendant la Maison brule et ce n`est pas faute d`avoir prévenu.

Difficile de faire taire le paysage et ses habitants, tant les flammes ont noircies les murs et laisser une forte odeurs d`émanations toxiques.
Si les mouvements citoyens oeuvrent quotidiennement quand est-il
du mouvement des institutions ?
Une des membres du collectif 5 Novembre affirme ; «  Depuis vendredi (23 Aout) C`est mon mari qui est venu amener les décombres à la déchetterie,
nous sommes mercredi (28 Aout) et le service de la ville mandaté pour le faire n`est pas encore venu. « 
La Mairie centrale, affirme elle faire le nécessaire pour reloger les personnes victimes de l`incendie, quand à ceux subissant les dommages collatéraux entre le rez de chaussée et le 4eme, et ceux des derniers étages, ils doivent réintégrer leur logement.
Sur place un mélange de consternation, et de résilience : les ong et les associations pressent le pas pour venir prêter main forte aux habitants de Maison Blanche. Ces derniers portés par leur propre collectif s`organisent jours et nuits pour prendre en charge les familles délogées et celles relogées, jeunes et moins jeunes s`occupent de la restauration, des donations en tout genre à remettre aux familles, et des divers procédures administratives.
https://www.facebook.com/Collectif-habitants-de-la-maison-Blanche-1384027848366944/

La mise en place des travaux dans le cadre du plan d`« Initiative Copropriétés » semble une non plus une aubaine mais une promesse non tenu,
Julien Denormandie paraissait pourtant plein de fermeté et d`indignation, en Octobre 2018, clamant haut et fort « un grand plan de bataille contre les copropriétés dégradées« , une priorité pour le gouvernement …
Il semble que Maison Blanche n`a plus le temps de faire comprendre son sens du mot PRIORITAIRE.

En attendant l`ouverture du plan à chacun d`apprécier les choix de Réaménagements PRIORITAIRES URBAINS sur la voie publique marseillaise pour le meilleur mais encore plus pour le pire.

On laisse personne dans l’eau !

Appel à un rassemblement de bateaux en soutien aux actions de sauvetages en mer le 29 septembre , par Sea Watch3, SOS Méditerranée, Open Arms, la Société nationale de sauvetage en mer, les pêcheurs et tous les autres.

 

Je suis pêcheur, je suis du côté de la loi de la mer

Totò Martello, Maire de Lampedusa

À la fin du mois de juillet 2019, Carlo Giar­ra­tano pêchait au large des côtes libyennes quand, à 3 heures du matin, l’homme a décou­vert une cinquan­taine de personnes entas­sées à bord d’un canot qui prenait l’eau, et à cours de carbu­rant. Avec l’aide de son père, Carlo Giarratano est venu au secours des migrants. Il leur a fallu à tous attendre 24 heures en haute mer avant de voir arri­ver un bateau des garde-côtes italiens venu les aider, et trans­fé­rer les migrants vers la Sicile.

Le capi­taine Carlo Giar­ra­tano et son père, l’armateur, risquent d’être condam­nés à payer une lourde amende, voire à plusieurs mois d’em­pri­son­ne­ment, pour avoir porté secours à ces migrants.

« Nous connaissons qu’une seule loi, celle de la mer, nous ne laisserons jamais personne à la dérive. Nous le faisons parce que nous sommes des êtres humains. Ce n’est pas qu’une loi écrite, c’est une loi écrite dans le cœur, donc…des personnes en mer…on n’en laisse pas, jamais.
Si j’avais ignoré ces appels au secours, je n’au­rais jamais eu le courage de reprendre la mer.
Aucun marin ne serait rentré au port sans avoir la certi­tude d’avoir sauvé ces vies.
Je menti­rais si je disais que je n’ai pas pensé au fait que j’al­lais peut-être finir en prison, quand j’ai vu ce canot à la dérive. Mais je savais que ma mauvaise conscience serait pire que la prison. Ils peuvent faire tous les décrets de sécurité qu’ils veulent, mettre toutes les sanctions possibles et imaginables, nous saisir le bateau. J’au­rais été hanté jusqu’à ma mort par ces cris déses­pé­rés.
Nous ne sommes pas riches, nous ne sommes que dignement pêcheurs, nous n’avons rien d’autre mais nous resterons dignement des êtres humains.
« 

Sources : Open, 27 julliet 2019 & Ulyces monde, 5 août 2019


Parce que de plus en plus de gens meurent noyés en Méditerranée chaque année
Parce que nous sommes marins, et que nous habitons le port de Marseille
Parce que prochainement c’est peut être ici et pas à Lampedusa que se présenteront des bateaux de sauvetage à qui on refusera l’accès au port.
(Comme cet été, le Sea Watch, l’Open Arms, l’Alan Kurdi, l’Eleonore , l’Ocean vicking…)Parce que parfois, de loin, on se sent impuissant, et parce que là bas, sur place, ils ont besoin de sentir qu’il y a du monde partout qui les soutient, même symboliquement.

Ceci est une invitation à nous retrouver le 29 septembre sur l’eau avec nos bateaux pour exprimer notre soutien et tous nous rencontrer…
Au cas où…

Rendez vous à 10h à l’anse du Pharo avec vos bateaux, et 12h au Mucem à pied,

Amenez vos banderoles maritimes,

A faire tourner.

Un autre lycéen de Brochier placé en rétention !

Suite à Montassar il y a quelques jours, un autre lycéen du lycée Brochier a été arrêté et placé en centre de rétention. Il passe aujourd’hui au tribunal et leurs camarades se mobilisent pour leur libération. Laissez-les vivre ici !

  • Demain lundi 23 septembre 2019, à 10h, Aboubacar Camara est convoqué pour sa demande de libération en appel devant le tribunal d’Aix en Provence

    Depuis la rentrée, ce sont deux élèves du LP Brochier qui sont victimes de l’inhumanité des lois sur l’immigration.

    Deux élèves étrangers ont été arrêtés, enfermés dans une prison qui ne dit pas son nom (le C.R.A), et ont été jugés. Leur faute : ne pas pouvoir régulariser leur situation en France.

    Depuis maintenant 15 jours, c’est tout le LP BROCHIER, (élèves/ enseignant.es/ équipe éducative…) qui se mobilise pour que Montassar soit libéré et puisse poursuivre une scolarité normale. Mercredi dernier, Aboubacar, jeune guinéen demandeur d’asile dubliné vers l’Italie est à son tour arrêté au guichet de la préfecture et placé en rétention.

    Malgré un soutien de la communauté scolaire, de syndicats enseignant.es, d’ami.es, de citoyen.nes et du réseau RESF, Montassar est sur un bateau pour la Tunisie.

    Aboubacar risque lui aussi, d’être expulsé vers l’Italie.

    Lorsque M. MACRON, dans ses déclarations scandaleuses, nous invite à regarder en face « le problème de l’immigration », c’est ce qu’il veut signifier. Les mots ont des conséquences humaines désastreuses. Ce sont deux chaises vides, deux scolarités brisées !

    Nous réaffirmons le droit à l’éducation pour toutes et tous et demandons solennellement qu’Aboubacar soit libéré et puisse poursuivre une scolarité normale.

    Demain lundi 23 septembre 2019, à 10h, Aboubacar Camara est convoqué pour sa demande de libération en appel devant le tribunal d’Aix en Provence, nous serons présents pour le soutenir, et vous appelons à venir manifester votre soutien et votre indignation.

 

Aboubacar Camara, lycéen au Lycée Brochier à la Capelette a été enfermé au centre de rétention de Marseille et est menacé d’expulsion. Un autre lycéen Montassar y est déjà enfermé depuis plusieurs jours. L’audience de Camara devant le juge, pour exiger sa libération, a lieu ce samedi à 10h au TGI 49 bd de Lesseps (proche du METRO BOUGAINVILLE). Nous appelons à nous rassembler à ce moment pour lui témoigner de notre soutien, ainsi qu’à Montassar ! Soyons nombreux pour refuser ce monde de frontières et d’expulsions !
Les 2 lycéens du Lycée Brochier (Capelette) sont enfermés au centre de rétention du Canet et menacés d’expulsion. Leurs 400 camarades lycéens ont refusé de reprendre les cours, ont déployé des banderoles et exigent leur libération !

Repris du Collectif Soutien Migrants 13 – El Manba.

Nous avons appris ce soir l’arrestation au guichet de la préfecture de Aboubacar Camara, jeune guinéen demandeur d’asile.

Placé en procédure Dublin, il arrivait au terme des 6 mois de délai de transfert vers l’Italie, et est allé pointer à la préfecture aujourd’hui, comme il devait le faire.
Il a été arrêté au guichet, et conduit au centre de rétention pour être renvoyé en Italie.
Nous connaissons bien Aboubacar, venu à notre permanence. Il voulait travailler dans la mode et a commencé une formation dans ce domaine au lycée Brochier depuis la rentrée scolaire. Nous sommes scandalisés par cette arrestation, nous voulons la dénoncer.
Nous devons nous mobiliser, pour stopper cette vague d’arrestations et d’expulsions programmées. La place de ces jeunes est dans leur lycée !

Repris de RESF 13

Communiqué de presse de la nouvelle Maison du Peuple Marseillaise

A la suite de la manifestation de samedi 1er juin, un ancien pôle emploi situé au 57 rue Brochier a été rendu au peuple. Abandonné depuis une année, il a été reconverti en maison du peuple. La police est actuellement devant.

Votre Pôle Emploi vous informe.

A Montpellier, Saint-Nazaire, Caen, le Pouzin déjà les Maisons du Peuple fleurissent et aujourd’hui, pour vous, c’est à Marseille qu’on libère des espaces !

Depuis de trop nombreuses années les soulèvements sociaux se voient marginalisés et méprisés par les politiques. Après six mois de lutte des Gilets-Jaunes, le gouvernement n’a répondu qu’avec la violence de la répression policière. Aujourd’hui nous dénombrons de trop nombreu.x.ses bléssé.e.s, mutilé.e.s et emprisoné.e.s et ici, à Marseille, notre pensée va tout particuliérement à Zineb Redouane tuée par la police le premier décembre dernier lors d’une manifestation.
Ici, à Marseille, six mois après la mort de huit personnes dans les effondrements de la rue d‘Aubagne, la Mairie n’a répondu qu’avec violence et mépris habituel et ce sont 3000 expulsé.e.s qui se retrouvent face à sa scandaleuse ingérance. D’autre part c’est tou.te.s les Marseillais.e.s qui subissent au quotidien la politique mafieuse de détournement de fonds publics, une gestion catastrophique de la ville ainsi qu’une épuration sociale criminelle.
La discrimination d’Etat des dits “étrangers” pousse tragiquement à une montée du racisme et de la xénophobie et aujourd’hui, en France et plus largement dans le monde, et les politiques migratoires se font chaque jour plus répressives et meurtrières.
Notre respect va à toutes celles et ceux qui luttent contre les violences sexistes et ici à Marseille, aux travailleuses de NH Hôtel qui s’organisent contre le partage du monde dont elles font les frais.
Alors que les politiques économiques creusent chaque jour un peu plus les inégalités sociales, alors que le système capitaliste actuel détruit et saccage la planète au profit de l’économie, il est plus que jamais évident qu’il n’y a rien à attendre des Macron, Gaudin ou politiciens en tous genre. Prendre l’esprit d’initiative, travailler depuis le peuple les problématiques sociales, questionner et changer radicalement les logiques qui depuis trop longtemps nous poussent vers le goufre, c’est pour cela aujourd’hui que votre pôle-emploi de la rue Brochier se change en Maison du Peuple !

Ce batiment négligemment laissé à l’abandon alors que les necessités de logement se font de plus en plus évidentes dans cette ville, que les crêches et les espaces d’émancipation sociale nous manquent cruellement, nous proposons d’ouvrir cet espace pour fabriquer nous même ce dont on nous a privé.e.s. Espace de création, de partage, de formation, de soutien, d’accueil, de reconversion, de refléxions, d’actions, de solidarité, de planification, de rencontre, d’épanouisement populaire, d’autodéfense, d’organisation. Rien que ça ! Ce lieu se propose d’être une base collective pour les luttes d’ici et d’ailleurs, un espace ouvert à qui le veut pour prolonger cette aventure.
Pour cela nous avons besoin de vous, car du travail il y’en a !

La première grande Assemblée Générale se tiendra ce lundi 3 juin à 18h. Venez, seul.e.s ou en collectif, pour voir les lieux et élaborer ensemble ce que sera ce lieu.

A l’heure actuelle, la police encercle le bâtiment pour tenter de l’expulser, mais nous ne cederons pas !
Rejoignez-nous au 57 rue Brochier !

Nul besoin d’expulser la Mairie. Nous avons décidé d’ouvrir la notre. Notre Maison du Peuple.

Appel à manifester le 20/04 au col de Montgenèvre et dans toutes les villes !

La frontière est partout, dans les gares, sur les chemins, dans les trains, les centres de rétention, au sein des institutions… alors organise ta manif dans ta ville ou rejoins-nous sur le col de Montgenèvre le 20 avril à 11h.

Les frontières n’assurent pas la sécurité des territoires, mais celle des puissances financières qui possèdent la quasi-totalité des richesses du monde. Ce mécanisme d’identification, de tri et d’exclusion, au service des intérêts économiques des États et de l’industrie de la sécurité, définit toute une population de personnes sans droits, invisibilisées, et exploitables.

La frontière est partout y compris dans les espaces du quotidien

Elle ne se résume pas seulement à une chaîne de montagne qui sépare deux espaces ni à une clôture de barbelée.
La frontière est dans les administrations qui délivrent des titres de séjour ou des obligations de quitter le territoire. Elle dépend du statut social : les riches peuvent s’expatrier, les pauvres n’ont d’autre choix que de « migrer ». Elle dépend de la couleur de peau car si tu n’es pas blanc, les contrôles sont systématiques.

Un avion, un quai de gare, un aéroport, un trajet en bus sont pour certains synonyme de voyage. Pour d’autres ils signifient rafle, déportation, camp de concentration. Un hôtel Ibis, une station de ski, des lieux de vacances pour certains, d’emprisonnement ou de chasses à l’homme pour d’autres.

Manifester dans toutes les villes

Lutter contre les politiques migratoires revient à dénoncer la stratégie impérialiste des États occidentaux qui maintiennent des systèmes corrompus, alimentent des guerres, soutiennent des dictateurs et poussent ainsi des milliers de personnes à l’exil. Ces mêmes États stigmatisent et criminalisent ensuite les personnes qui entrent sur leur territoire, cherchant à les réduire à de la main d’œuvre bon marché et corvéable à merci.

La frontière est partout, dans les gares, sur les chemins, dans les trains, les centres de rétention, au sein des institutions… alors organise ta manif dans ta ville ou rejoins-nous sur le col de Montgenèvre le 20 avril à 11h.

Ils jettent les gens comme des déchets, mais les ordures sont à la mairie ! Retour sur l’action du 4 mars

Le lundi 4 mars, une vingtaine de personnes ont décidé d’envahir l’espace Bargemont de la mairie de Marseille, pour dénoncer les politiques délétères de la mairie en matière de logement. Les 22 janvier et 14 février, et à plusieurs reprises depuis, la mairie a en effet fait appel aux services de propreté de la ville pour expulser en toute illégalité les demandeur·ses d’asile qui trouvent refuge devant la Plateforme d’Accueil à défaut de bénéficier des hébergements pourtant dus.

Le lundi 4 mars aux alentours de 17 heures, une vingtaine de personnes ont décidé d’envahir l’espace Bargemont de la mairie de Marseille, où se trouvent les bureaux des élus, notamment celui de Monique Cordier, l’adjointe LR élue à la propreté et à la gestion des déchets. Pendant que les raisons de cette action étaient criées haut et fort au mégaphone, en quelques minutes le hall se recouvrait d’affiches et de tracts dénonçant les politiques délétères de la mairie en matière de logement.

En effet, Monique Cordier n’a rien trouvé de mieux, en plein scandale de l’habitat indigne, que de mettre les éboueurs au service d’une politique d’expulsion brutale les 22 janvier et 14 février dernier. Sur ses ordres, les éboueurs de la société sous-traitante Derichbourg, s’octroyant le rôle de la police, ont confisqué et jeté les affaires personnelles de dizaines de demandeur·ses d’asile campant devant la Plateforme d’Accueil des Demandeurs d’Asile (PADA) qui y avaient trouvé refuge à défaut de bénéficier des hébergements pourtant dus. Ce campement de fortune avait déjà évacué plusieurs fois ces derniers mois. À l’automne, il avait été reconstruit par des exilé·es pour s’abriter du froid, se protéger, se retrouver, en attendant l’interminable cheminement de leurs demandes, au sein d’une administration française bloquée par les politiques xénophobes de ses gouvernants. Sacs, couettes, duvets et nourriture ont ainsi été jetés à la poubelle, tandis que les services de propreté de la municipalité passaient le sol de la halle à l’eau glacée afin de dissuader toute réinstallation. Aucun arrêté municipal n’a été pris, aucun services sociaux n’étaient présents, ni le 115… la mairie s’étant soustraite, en toute décomplexion, à ses obligations légales ! Surtout en matière d’hébergement d’urgence. Les demandeurs d’asile ont été considérés purement et simplement comme des déchets !

La police municipale est vite arrivée, bientôt suivie d’une quinzaine de flics qui ont jeté dehors les manifestant·es et se sont postés devant l’entrée pour protéger la mairie et permettre à leurs collègues de procéder à un méticuleux nettoyage du hall pourtant si bien redécoré.

Pendant ce temps, le rassemblement en soutien aux exilé·es de la Halle Puget qui s’était donné rendez-vous place Sadi Carnot était arrivé devant la mairie, et a ainsi rejoint le groupe qui était à l’intérieur, pour poursuivre ensemble les chants, affichages et slogans dans une ambiance déterminée.

Cette action énergique aura servi à démontrer que cette mairie forteresse n’est pas invincible. Puissants, crapules, on vous guette ! Enfermez vous bien derrière vos murs d’enceinte, sait-on jamais par où on va s’inviter ! Eh, Monique Cordier, nettoie devant ta porte !

Reunion du Collectif St Just avec la Prefecture

Le Collectif 59 St Just a été reçu à la Préfecture ce mardi 19.03 par :

– Sébastien Oddone, Directeur des services du cabinet de Me Assidon, Préfète Déléguée à l’Égalité des Chances, excusée pour l’occasion,
– Henri Carbuccia, directeur adjoint au directeur départemental délégué des Bouches-du-Rhône auprès de la direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Provence-Alpes-Côte d’Azur (DDCS)
– Roger Campariol, Directeur général adjoint (DGA) des services au Conseil départemental et Directeur général adjoint de la solidarité
– Valérie Foulon, Directrice de la Direction de l’enfance et de la famille, Direction adjointe de la solidarité, Conseil départemental

Figuraient aussi :
– Laurent Charignon, Econome diocésain, Diocèse de Marseille
– Véronique Disdier, responsable juridique Diocèse de Marseille
– Anne Giraud, Diocèse de Marseille

La Préfecture a annoncé le matin même que les habitant.e.s de Saint-Just n’étaient pas invité.e.s à cette réunion. En discussion avec K. et L., il a été décidé que les solidaires devaient s’y rendre tout de même.

Lors de cette réunion le Diocèse s’est positionné pour une sortie définitive des habitant.e.s de Saint-Just au 31 mars, enjoignant chacun.e à prendre ses responsabilités (Pref, CD, Collectif 59) dans cette perspective. Il précise qu’il aura recourt à la Justice dans le cas contraire.

La Pref et le CD ont reconnu être en manque de moyens d’hébergements pour faire face aux besoins d’hébergements sur leurs territoires d’intervention. Parallèlement ils se sont dit en mesure de trouver des solutions d’hébergements aux habitant.e.s de Saint-Just et ont fait leurs propositions.

Une assemblée générale habitant.e.s s’est tenue aujourd’hui (mardi) à 18h afin de de rapporter ces propositions aux personnes concernées. Les mêmes propositions seront détaillées aux solidaires mercredi 20.03 en assemblée générale.

Nous notons qu’aucune proposition écrite n’a été ou ne sera faite. La pref a demandé à ce que le compte rendu de cette réunion, validé par tous les participants, constitue la preuve écrite de l’engagement des institutions quant aux propositions faites aux habitant.e.s.

L’assemblée du mercredi 20.03, 18h, aura pour objectif de connaître la position des habitant.e.s (si elle est déjà définie), et de débattre des nombreux points de silence et de flou que cette réunion n’a pu clarifier.

À demain,
Le Collectif 59 St Just

Cortège international contre les frontières – Turin – 30/03/2019

Nous faisons appel à la solidarité internationale de toustes les camarades luttant pour la liberté, contre toutes les autorités politiques, économiques, militaires, contre le capitalisme, le fascisme et le racisme, pour une mobilisation massive le 30 mars à Turin.

Notre solidarité n’a pas de frontières Appel à l’intérieur du cortège bloquons la ville de Turin contre les expulsions et les arrestations

Giada, Silvia, Antonio, Lorenzo, Nicco, Beppe, Poza, Stecco, Nico, Agnese, Sasha, Rupert, Giulio.

Toutes et tous libres !

Affiche fra internationale
Affiche ita cortège 30

Plus d’info :

P.-S.

Info reprise de Passamontagna.info.