Rencontre avec les exilé.es de Calais – lun 23/01 à 19h à Solidaire

Après avoir été expulsés et déplacés de Calais, les hébergés des CAO de Marseille (centres d’accueil et d’orientation) s’organisent et se mobilisent pour dénoncer leurs conditions d’hébergement et l’application de la procédure Dublin (expulsion vers le pays européen d’entrée sur le continent).
Isolement, précarité, tri, dublinage, assignation à résidence, expulsion,… les Centres d’accueil et d’orientation (CAO) sont la face cachée d’une même politique migratoire de l’Etat : traque des migrant.es et renforcement des frontières.
Venez vous informer et en débattre !

C’est lun 23/01 à 19h à Solidaire 13 (29 bd Longchamp, 13001 Marseille)

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this page

OFII : communiqué des Afghans du 16/11

Suite à la mobilisation de ce matin, L’OFII PROMET D’HEBERGER LES DEMANDEURS D’ASILE SOUS 40 JOURS…
En attendant l’hiver commence et leur seule solution reste la rue !

Les demandeurs d’asile mobilisés ont rédigé un communiqué et souhaitent le partager :

 » Sans réponse de l’OFII 10 jours après notre dernière mobilisation devant ses bureaux, nous nous sommes à nouveau rassemblés au 61 boulevard Rabateau ce matin-même, à partir de 10h, afin de demander le logement en CADA (Centre d’accueil des Demandeurs d’asile) auquel nous avons droit et dont l’attribution traîne depuis des mois (parfois plus d’une année).
Cette fois-ci nous avons pu nous entretenir avec le directeur de l’OFII, qui nous a dit avoir bien pris connaissance de nos revendications et nous a promis de nous proposer des solutions de logement dans les 40 jours à venir, à Marseille ou dans les alentours.
L’ensemble des personnes présentes, une cinquantaine, majoritairement des demandeurs d’asile afghans, pakistanais et soudanais, dont quelques familles, se sont identifiées sur une liste nominative en faisant référence à leur numéro de demandeurs d’asile.
Il va sans dire que durant ces 40 jours de recherche de solutions promises, nous n’avons toujours pas de solution d’hébergement : c’est le début de l’hiver et dans la rue, c’est la loi du plus fort que nous subissons.
Nous avons toutefois décidé d’accorder notre confiance au directeur de l’OFII, respectueux du travail de l’administration et du droit français. Réciproquement, nous attendons que nos droits soient aussi respectés et qu’il tienne les engagements pris à ce jour devant nous.
Dans 40 jours, nous ferons un nouveau point public de la situation pour les personnes signataires de la liste.
Le groupe d’Afghans. »

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Print this page