RELOGEMENT DES HABITANT.E.S DU SQUAT 59 ST-JUST

COMMUNIQUE DE PRESSE

Aujourd’hui, mercredi 3 avril 2019, le Collectif 59 St-Just a été informé non-officiellement de la venue demain matin, jeudi 4 avril 2019, de SARA-LOGISOL et de l’ADDAP pour un « relogement » de tou.te.s les habitant.e.s du 59 St-Just.

La décision précipitée a été prise hier, mardi 2 avril, lors d’une réunion à laquelle le Collectif 59 Saint-Just n’a pas été convié. Le Collectif ne connaît toujours pas les dispositifs qui vont être proposés, et ce malgré ses nombreuses sollicitations et les engagements des institutions responsables, le Conseil Départemental et la Préfecture, de les communiquer. La temporalité et la mise en œuvre des dispositifs restent aussi inconnues. Le Collectif sait que le Diocèse a mandaté une entreprise de gardiennage du bâtiment et demande qu’il n’y ait pas d’intervention policière.

Le Collectif souhaite exercer une vigie et s’opposer au non-respect éventuel des droits. Pour cela, le Collectif fait un appel à soutien demain, jeudi 4 avril à 7h devant la maison. Il s’agit de veiller à ce que ce relogement se fasse sans violence et dans le respect des droits des habitant.e.s.

Le Collectif 59 St-Just demande à la presse, par voie de ce communiqué, une présence afin de témoigner des pratiques des pouvoirs publics pour reloger subitement plus de 250 personnes qui devaient être prises en charge depuis des mois.

Le Collectif demande depuis trois mois, que tous les habitant.e.s puissent avoir accès à leurs droits, bafoués, et interpellent les pouvoirs public et dénonce le non-respect des droits de tou.te.s les demandeur.euse.s d’asile et des Mineur.e.s Non Accompagné.e.s. Par cette occupation, les pouvoirs publics ont été forcés de trouver des solutions dites exceptionnelles, mais cependant nous ne savons pas quelles sont les propositions et si elles seront faites au détriment de toutes les autres personnes à la rue, inscrites depuis des mois, voire des années, sur les dispositifs de droits communs.

Le Collectif rappelle qu’en seulement trois mois, un cadre structuré a été mis en place par les solidaires alors que le Conseil Départemental et la Préfecture prétendent manquer de moyens. Le Collectif affirme la puissance de la solidarité, et enjoint les pouvoirs publics à prendre les mesures nécessaires pour assurer la continuité du travail effectué et l’accueil digne des mineur.e.s et des familles en Demande d’Asile comme l’exige la loi.

Le Collectif 59 St-Just vous attend demain, jeudi le 4 avril 2019, à partir de 7h.

Le Collectif 59 St-Just

Contacts presse: 06.84.59.18.85 / 07.81.55.16.66 / 06.07.24.59.51 / 06.65.43.96.41

Le 115-Sara réoriente vers des structures d’hébergement.

Le seul conseil du 115 aux demandeurs d’asile qu’il met à la rue à la fin de la trêve hivernale ? Aller se faire voir chez les collectifs auto organisés. Qui n’ont ni les capacités ni l’envie de se substituer aux institutions. Dans le même temps la préfecture et la mairie dégagent tous les campements et squats des gens qui tentent de survivre à la rue. Et avec la régionalisation (loi Asile entrée en vigueur en janvier, qui oblige les demandeurs d’asile de toute la région de se domicilier et faire leurs démarches à Marseille), d’autres centaines de personnes doivent quitter les hébergements qu’ils avaient pu trouver dans d’autres départements et se retrouvent eux aussi dans les rues de Marseille.
Qui sème la misère récolte la colère !
Viens t’organiser avec celles et ceux qui refusent les expulsions et les traques en cours !
(Pas la peine de chercher loin pour leurs adresses, elles sont sur ce papier distribué par le 115)
(le Sara c’est aussi le prestataire social qui collabore aux expulsions des squats du bâtiment H au Parc Kalliste ou du A du Parc Corot, de la Caserne Massena etc…)

Contre les expulsions, le logement cher, les coupures d’énergie

Marseille en Colère appelle à manifester au côté des Gilets jaunes samedi 30 mars à 14h, départ Vieux Port, pour dénoncer les expulsions et les coupures d’énergie qui auront lieu au terme de la trêve hivernale.

Aux côtés des Gilets jaunes pour leur acte XX dans toute la France, nous dénonçons les expulsions et les coupures d’énergie qui auront lieu sur tout notre territoire dès le 1er avril, au lendemain de la fin de la trêve hivernale.

Voici les causes de la violence sociale qui touche les plus vulnérables d’entre nous :

  • Loyers exorbitants pour des logements trop souvent impropres à l’habitation,
  • Spéculation immobilière,
  • Absence de construction de logements sociaux dans tous les arrondissements de la ville,
  • Population privée d’emplois dignes et de revenus,
  • Stagnation des salaires,
  • Baisse des APL,
  • Hausse des taxes et des impôts,
  • Coût de l’énergie inabordable pour les foyers modestes (beaucoup ne se chauffe plus durant l’hiver faute de moyens),

L’effet le plus révoltant de cette violence aura été l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne, qui a endeuillé notre ville pour l’éternité.

Nous ne pouvons plus accepter qu’en 2019, des Marseillais et leurs enfants soient jetés à la rue par la police parce qu’ils sont pauvres !

C’est pourquoi nous soutenons la manifestation des Gilets jaunes de Marseille et de toute la France et que nous appelons tous les Marseillais qui se sentent concernés par la tragédie qui nous a touché le 5 novembre dernier et par le sort de toutes celles et ceux qui sont victimes du logement indigne (soit plus de 100 000 personnes) à rejoindre le cortège unitaire sur le Vieux-Port.

Nous soutenons les exigences des gilets jaunes au niveau national et demandons :

  • l’arrêt des expulsions et des coupures d’énergie,
  • la baisse conséquente et immédiate des loyers, des charges et de l’énergie, la hausse de l’APL,
  • l’apurement des dettes des accédants en difficulté,
  • le respect du droit au logement, un logement décent pour toutes et tous (sans abri, mal logés, victimes de sinistres, menacés d’expulsion…),
  • l’application de la loi de réquisition,
  • l’abandon de la privatisation du logement social et la construction massives de vrais logements sociaux,
  • la taxation de la spéculation immobilière,
  • l’abrogation de la loi ELAN…

Nous demandons au Maire de prendre des arrêtés anti-expulsion et anti-coupure d’énergie, ainsi que des arrêtés de réquisition pour reloger les sans-logis, les mineurs isolés, les Roms et bien sûr les évacués !

Parce que l’indignité a tué 8 innocents chez eux ce 5 novembre et parce que nous ne devons jamais l’oublier !

Marseille en Colère !

Ils jettent les gens comme des déchets, mais les ordures sont à la mairie ! Retour sur l’action du 4 mars

Le lundi 4 mars, une vingtaine de personnes ont décidé d’envahir l’espace Bargemont de la mairie de Marseille, pour dénoncer les politiques délétères de la mairie en matière de logement. Les 22 janvier et 14 février, et à plusieurs reprises depuis, la mairie a en effet fait appel aux services de propreté de la ville pour expulser en toute illégalité les demandeur·ses d’asile qui trouvent refuge devant la Plateforme d’Accueil à défaut de bénéficier des hébergements pourtant dus.

Le lundi 4 mars aux alentours de 17 heures, une vingtaine de personnes ont décidé d’envahir l’espace Bargemont de la mairie de Marseille, où se trouvent les bureaux des élus, notamment celui de Monique Cordier, l’adjointe LR élue à la propreté et à la gestion des déchets. Pendant que les raisons de cette action étaient criées haut et fort au mégaphone, en quelques minutes le hall se recouvrait d’affiches et de tracts dénonçant les politiques délétères de la mairie en matière de logement.

En effet, Monique Cordier n’a rien trouvé de mieux, en plein scandale de l’habitat indigne, que de mettre les éboueurs au service d’une politique d’expulsion brutale les 22 janvier et 14 février dernier. Sur ses ordres, les éboueurs de la société sous-traitante Derichbourg, s’octroyant le rôle de la police, ont confisqué et jeté les affaires personnelles de dizaines de demandeur·ses d’asile campant devant la Plateforme d’Accueil des Demandeurs d’Asile (PADA) qui y avaient trouvé refuge à défaut de bénéficier des hébergements pourtant dus. Ce campement de fortune avait déjà évacué plusieurs fois ces derniers mois. À l’automne, il avait été reconstruit par des exilé·es pour s’abriter du froid, se protéger, se retrouver, en attendant l’interminable cheminement de leurs demandes, au sein d’une administration française bloquée par les politiques xénophobes de ses gouvernants. Sacs, couettes, duvets et nourriture ont ainsi été jetés à la poubelle, tandis que les services de propreté de la municipalité passaient le sol de la halle à l’eau glacée afin de dissuader toute réinstallation. Aucun arrêté municipal n’a été pris, aucun services sociaux n’étaient présents, ni le 115… la mairie s’étant soustraite, en toute décomplexion, à ses obligations légales ! Surtout en matière d’hébergement d’urgence. Les demandeurs d’asile ont été considérés purement et simplement comme des déchets !

La police municipale est vite arrivée, bientôt suivie d’une quinzaine de flics qui ont jeté dehors les manifestant·es et se sont postés devant l’entrée pour protéger la mairie et permettre à leurs collègues de procéder à un méticuleux nettoyage du hall pourtant si bien redécoré.

Pendant ce temps, le rassemblement en soutien aux exilé·es de la Halle Puget qui s’était donné rendez-vous place Sadi Carnot était arrivé devant la mairie, et a ainsi rejoint le groupe qui était à l’intérieur, pour poursuivre ensemble les chants, affichages et slogans dans une ambiance déterminée.

Cette action énergique aura servi à démontrer que cette mairie forteresse n’est pas invincible. Puissants, crapules, on vous guette ! Enfermez vous bien derrière vos murs d’enceinte, sait-on jamais par où on va s’inviter ! Eh, Monique Cordier, nettoie devant ta porte !

Riposte antiraciste contre le Bastion Social

Appel des Squales à manifester toutes et tous à Marseille le samedi 23 mars 2019 contre le bastion social. 1 an déjà, 1 an de trop ! Départ 16h de la Porte d’Aix.

Depuis mai 2017, une partie de l’extrême droite française, plus précisément le GUD – mouvement néo-nazi créé en 1960 connu pour son histoire violente – décide de créer en France un réseau de lieux fascistes : le « Bastion Social ».

Sous couvert de travail « social » réservé aux « français d’origines françaises », qu’ils opposent aux personnes migrantes et issues de l’immigration, leur projet est en réalité d’établir un réseau politique toujours plus discriminant, autoritaire et violent basé sur la « préférence nationale ». Ce mouvement est directement inspiré du parti néo-nazi grec « Aube dorée » mais aussi de la « Casa Pound » italienne, groupe politique se revendiquant du fascisme mussolinien. Depuis leur création, partout en France, ils se sont distingués par leurs actes racistes et LGBTIphobes.

Discrète mais structurée, l’extrême droite marseillaise tente depuis plusieurs années de s’implanter localement. Elle bénéficie depuis toujours d’une forte complaisance des pouvoirs politiques locaux qui la tolèrent et la soutiennent (certains membres du « Bastion Social » ont milité en faveur du Rassemblement National, dont Stéphane Ravier, élu à la marie du 13/14ème).

Il y a un an, le « Bastion social » ouvrait ses portes rue Fort Notre Dame (13007).

Cette ouverture fait suite à la fermeture d’un autre local fasciste, Rue Navarin. A l’époque, c’est l’Action Française, groupe d’extrême droite royaliste, qui s’installait à la Plaine. Rapidement les habitants du quartier se sont organisés en collectif suite à des menaces et des agressions à caractère racistes et sexistes. Les pouvoirs publics finissent par céder après trois ans de mobilisation et imposent la fermeture des locaux.

Le 23 mars 2018, une partie d’entre eux décident alors de rejoindre le « Bastion Social » et créent un nouveau local. Deux de leurs leaders marseillais, Jérémy Palmieri et Clément Duboy, sont notamment condamnés en juin 2018 à une peine de prison ferme pour plusieurs agressions racistes violentes.

Pour un antifascisme de classe plutôt qu’institutionnel !

Malgré les récentes déclarations d’Emmanuel Macron se prononçant en faveur de la dissolution du « Bastion Social », nous pensons qu’il est nécessaire de continuer à nous organiser collectivement contre l’extrême droite. L’interdiction institutionnelle des groupes fascistes ne signifie en aucun cas la disparition de leurs idées et de leurs pratiques car nous savons que le fascisme est le bras armé du capitalisme. L’antifascisme est un combat de classe qui doit être mené sur le terrain et sur le fond.

N’oublions pas que cette même extrême droite s’organise actuellement à l’échelle européenne et mondiale avec la montée en puissance des fascismes.

Le 23 mars est l’occasion de réaffirmer collectivement notre volonté de combattre l’extrême-droite sous toutes ses formes et de partout !

Nous, les Squales, groupe antifasciste marseillais, appelons à une mobilisation d’ampleur le samedi 23 mars contre le « Bastion Social » et pour exiger la fermeture immédiate de leur local, aux côtés du Collectif Unitaire Antifasciste Marseille.

Contre l’extrême-droite, autodéfense collective !
Marseille est et restera antifaciste !

Manifestation samedi 23 mars
16H00 • Porte d’Aix • Marseille

Reunion du Collectif St Just avec la Prefecture

Le Collectif 59 St Just a été reçu à la Préfecture ce mardi 19.03 par :

– Sébastien Oddone, Directeur des services du cabinet de Me Assidon, Préfète Déléguée à l’Égalité des Chances, excusée pour l’occasion,
– Henri Carbuccia, directeur adjoint au directeur départemental délégué des Bouches-du-Rhône auprès de la direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Provence-Alpes-Côte d’Azur (DDCS)
– Roger Campariol, Directeur général adjoint (DGA) des services au Conseil départemental et Directeur général adjoint de la solidarité
– Valérie Foulon, Directrice de la Direction de l’enfance et de la famille, Direction adjointe de la solidarité, Conseil départemental

Figuraient aussi :
– Laurent Charignon, Econome diocésain, Diocèse de Marseille
– Véronique Disdier, responsable juridique Diocèse de Marseille
– Anne Giraud, Diocèse de Marseille

La Préfecture a annoncé le matin même que les habitant.e.s de Saint-Just n’étaient pas invité.e.s à cette réunion. En discussion avec K. et L., il a été décidé que les solidaires devaient s’y rendre tout de même.

Lors de cette réunion le Diocèse s’est positionné pour une sortie définitive des habitant.e.s de Saint-Just au 31 mars, enjoignant chacun.e à prendre ses responsabilités (Pref, CD, Collectif 59) dans cette perspective. Il précise qu’il aura recourt à la Justice dans le cas contraire.

La Pref et le CD ont reconnu être en manque de moyens d’hébergements pour faire face aux besoins d’hébergements sur leurs territoires d’intervention. Parallèlement ils se sont dit en mesure de trouver des solutions d’hébergements aux habitant.e.s de Saint-Just et ont fait leurs propositions.

Une assemblée générale habitant.e.s s’est tenue aujourd’hui (mardi) à 18h afin de de rapporter ces propositions aux personnes concernées. Les mêmes propositions seront détaillées aux solidaires mercredi 20.03 en assemblée générale.

Nous notons qu’aucune proposition écrite n’a été ou ne sera faite. La pref a demandé à ce que le compte rendu de cette réunion, validé par tous les participants, constitue la preuve écrite de l’engagement des institutions quant aux propositions faites aux habitant.e.s.

L’assemblée du mercredi 20.03, 18h, aura pour objectif de connaître la position des habitant.e.s (si elle est déjà définie), et de débattre des nombreux points de silence et de flou que cette réunion n’a pu clarifier.

À demain,
Le Collectif 59 St Just

Cortège international contre les frontières – Turin – 30/03/2019

Nous faisons appel à la solidarité internationale de toustes les camarades luttant pour la liberté, contre toutes les autorités politiques, économiques, militaires, contre le capitalisme, le fascisme et le racisme, pour une mobilisation massive le 30 mars à Turin.

Notre solidarité n’a pas de frontières Appel à l’intérieur du cortège bloquons la ville de Turin contre les expulsions et les arrestations

Giada, Silvia, Antonio, Lorenzo, Nicco, Beppe, Poza, Stecco, Nico, Agnese, Sasha, Rupert, Giulio.

Toutes et tous libres !

Affiche fra internationale
Affiche ita cortège 30

Plus d’info :

P.-S.

Info reprise de Passamontagna.info.

Saint-Just a 3 mois ! On lâche rien ! Rassemblement !

Le Collectif 59 St-Just appelle à ramener des casseroles pour faire un maximum de bruit lundi 18 mars à 17h, devant le Conseil Départemental.

Madame Vassal, nous aussi on a des casseroles !
Mais nous, nos casseroles, nous les utilisons pour nourrir des personnes !

Appel à rassemblement lundi 18 mars 2019 à 17h devant le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône / Métro St-Just.

Le bâtiment occupé au 59 avenue de Saint-Just fête ses 3 mois !!!

Pour célébrer ensemble et continuer la lutte collective pour l’accès aux droits de tou.te.s les demandeur.euse.s d’asile et de tou.te.s les Mineur.e.s Non Accompagné.e.s, les habitant.e.s de St-Just vous invitent à se joindre à eux et à elles ce lundi 18 mars, à partir de 17h, devant le Conseil Départemental St-Just. Apportez des casseroles pour faire un maximum de bruit !

Ensuite, les habitant.e.s vous invitent à un petit happening festif au squat St-Just. Musique, jam et concert au rendez-vous !

Venez nombreux et nombreuses soutenir la lutte !
Le Collectif 59 St-Just.

Un bruit court ! Devons-nous avoir peur du 31 mars ?


Le 31 mars est la date souhaitée par le futur propriétaire, l’IMF, pour que les habitants.e.s de Saint-Just quittent le bâtiment, en vue d’y commencer des travaux.
Il n’y a pas de procédure d’expulsion en cours. L’IMF n’est pas encore le propriétaire de Saint-Just et n’a pas aujourd’hui de pouvoir sur ce bâtiment.
Le Diocèse, actuel propriétaire, souhaite récupérer et vendre le bâtiment sans qu’il n’y ait d’expulsion et poursuit le dialogue avec le Collectif 59 pour la recherche de solutions.
Le bâtiment est en excellent état.
Pourtant, on nous fait part des menaces qui pèseraient sur la maison : arrêté de péril sous différents prétextes… Saint-Just dérange !
Restons vigilant.e.s, maintenons la lutte !

La semaine du Squat 59 St. Just

Bon carnaval !

CETTE SEMAINE ON ESSAIE UNE AUTRE ORGA !

Du lundi au jeudi, 12h – 14h : réunions de coordination.
Les vendredis 12h – 14h : sera consacrée aux prises de décision collective.
— Y sont les bienvenu.e.s les personnes qui ont des infos et des positions à partager et prennent part à la coordination du squat et à ses actions.
— Si vous ne pouvez pas être présents à ces rendez-vous, vous pouvez transmettre vos idées aux copains/copines qui seront sur place.
Un CR de la semaine sera envoyé chaque weekend.
 
 
*** Toujours besoin de renfort pour les week-end et pour les nuits ! ***
Appelez Gaston au 07 51 16 30 59 ou par mail collectif59stjust@gmail.com
 
 

APPEL solidaires

– vous avez un réseau pro, vous pouvez prendre des apprentis, vous pouvez faire découvrir votre métier à un.e ou des jeunes : collectif59stjust@gmail.com
– vous voulez être référent.e scolarisation pour un ou deux jeunes : romain.erasme@gmail.com / liserjaffe@gmail.com
– vous avez une voiture et pouvez faire de la récup sur des sites éloignés : martinepotentier@wanadoo.fr
Évènements / réunions publiques

– lundi 11 mars à 17h30 : Objectif école
#5
Il y a encore du travail pour constituer une équipe de référent.e.s pour les 145 jeunes qui vont passer les tests du CASNAV. Il y a 145 jeunes, la présence d’adultes est obligatoire sur ces rdv… Bienvenu.e.s !
 
– dimanche 10 mars et dimanche 17 mars à 14h : accueil nouveaux bénévoles
Vous voulez découvrir l’orga de la maison et y participer. Bienvenu.e.s !
Agenda et infos solidaires Saint-Just
 
– Lundi 11 à 13h : réunion URIOPSS PACA et Sara Logisol à Saint-Just
– Lundi 11 à 14h (et tous les lundi) : permanence juridique
– Lundi 11 à 17h30 (et tous les lundi) : rdv scolarité des jeunes
– Mercredi 13 à 14h : rencontre avocat.e.s à destination des bénévoles qui soutiennent les mineurs (infos, cadre légal, etc).
– Jeudi 14 à 14h30 : réunion privée au Mistral à propos de Saint-Just avec CD, Diocèse, IMF, Préfecture (Saint-Just n’est pas convié)
– Jeudi 14 à 17h30 (et tous les jeudis) : assemblée des jeunes
– Dimanche 17 à 19h (et tous les dimanches) : assemblée générale de la maison
 

Yasscout bass* : Soirée de solidarité à la Révolution soudanaise

*Tu Tombes (le hashtag de la révolution)

Mercredi 13 mars
19h
Théâtre de l’Oeuvre – 1 rue Mission de France, 13001 Marseille, France

L’étincelle de cette révolution a pris le 20 décembre 2018, lorsque le siège du parti au pouvoir est incendié à Atbara (ville proche de
Khartoum), scène jusqu’alors inimaginable. Depuis, la répression du dictateur Omar Al Bachir est féroce, mais c’est aussi la première fois
depuis 30 ans que le renversement d’un des pires régimes sécuritaires au monde semble possible. Les manifestations s’amplifient depuis plusieurs
semaines. Populaire et pacifiste, imprégnée des valeurs de liberté, dans la foulée des printemps arabes, féministe, la révolution a pris dans
toutes les maisons du pays… jusque dans les communautés en exil ! Ces dernières jouent un rôle de premier plan contre la censure et dans la
sensibilisation de la communauté internationale.

À travers des présentations, débats, films, le « Collectif des Révolutionnaires soudanais et leurs soutiens à Marseille » vous invite à
partager ce moment historique depuis sa ville d’attache, à contourner la censure des événements là-bas et à soutenir le peuple soudanais dans sa lutte pour la liberté.

FB : https://www.facebook.com/events/251245255797507/